Final Fantasy

Publicité

FF10

Final Fantasy X est un des jeux de rôle de la série principale "Final Fantasy" qui a été développé et publié par Squaresoft sous la direction de Yoshinori Kitase, Yusuke Naora, Toshiro Tsuchida, Tetsuya Nomura et Kazushige Nojima dont il est apparu pour la première fois le 19 Juillet 2001 au Japon pour la PlayStation 2.

Histoire :

Nous sommes dans le monde de Spira, où une tradition et une modernité coexistent en même temps. C’est actuellement une planète formée dans sa grande majorité par de l’eau et avec une très chaude température, s’en éloignent de l’aspect futuriste et artificiel qu’il a eu il y a longtemps. Autrefois, Spira était plein de machines et d’avances scientifiques, les gens se consacraient chaque fois plus à eux-mêmes et à s’amuser, jusqu'à ce qu’un jour apparût une bête, la grande créature qui effraierait tout le monde par plus de mille ans, un monstre appelé Sin, envoyé pour en finir avec la domination des humains. Sa première apparition fut à Zanarkand, l’une des villes les plus avancées technologiquement, juste au moment où Tidus jouait une partie de Bliztball, le sport le plus connue de tout Spira. Tidus, la star des Zanarkand Abes a été transportée mille ans dans l’avenir. A partir de ce point, Tidus se fera de nouveaux amis qui lui expliqueront comment est Spira dans lequel il se trouve actuellement mais il trouvera aussi des gens connus que lui-même espérait voir.Presque sans se rendre compte, le jeune joueur de Blitzball finit par s’unir à une jeune fille invokeur et à son groupe de gardiens pour lutter pour la paix du monde. Ce que Tidus ne sais pas c’est quel est le vrai prix de la paix….

Gameplay :

Final Fantasy X offre un nouveau système de combat. Ce système (ATB : Active Time Battle), nous pouvons combattre avec une certaine « tranquillité », puisque, à la différence des autres FF (si tu cherches un objet ou autre, l’ennemi continu à t’attaquer), jusqu'à ce que nous n’attaquions pas, l’ennemi ne peut pas nous attaquer. Final Fantasy X est très linéaire, malgré la grande quantité de sous-mission qu’il possède. C’est aussi le premier FF qui a incorporé des voix (bien que pour toute l’Europe le jeu est doublé en Anglais) en plus des dialogues classiques écrits. L’autre point à ressortir est la manière de développer nos personnages; au lieu de monter de niveaux, nous aurons un immense sphérier où nous pouvons choisir comment nos personnages évolueront.De plus, il possède un bon mini-jeu, le Blitzball. Le Blitzball est un sport similaire au Waterpolo (bien qu’ici les joueurs plongent au lieu de nager) où l’objectif est d’introduire le ballon dans le but adverse. Nous pourrons participer à des ligues et à des championnats pour ainsi gagner des objets et des habilités pour nos personnages.

Le Sphérier :

Le système pour augmenter de niveau dans Final Fantasy X est unique dans le genre des RPG. Les personnages acquièrent des points d'habileté dans chaque combat qui, après avoir surpassé un certain seuil, ils octroient des points de déplacement. Les niveaux de sphère, à son tour, permettent aux joueurs de pouvoir bouger dans le Sphérier, un panneau prédéterminé avec quelques centaines de sphères qui consistent a augmenté votre habileté, avoir d’autre magies etc…. Quelques objets appelés "sphères" (obtenus quand vous battez un ennemi, que vous trouvez dans des coffres ou comme récompense durant certains évènements) peuvent se placer dans le sphérier, en débloquant des fonctions pour le personnage sélectionné. Le producteur Yoshinori Kitase a expliqué que l'intention qui existe derrière le Sphérier est de donner aux joueurs un milieu interactif pour augmenter les attributs de ses personnages. Aussi le Sphérier permet aux joueurs de personnaliser complètement les personnages, par exemple on peut rendre plus forte une magicienne comme Lulu ou Yuna ou aussi on peut convertir Auron en mage en lui donnant des magies de soin. Les versions International et PAL du jeu incluent un mode Expert optionnel du Sphérier. Dans ce mode, tous les personnages commencent au milieu du Sphérier et doivent suivre le chemin que le joueur choisi.

Jouabilité :

Final Fantasy X est un RPG (un jeu de rôle) japonais, avec un système de combat basé sur le tour par tour (ATB) contrôlé par une barre déterminée aux paramètres des personnages. Selon les commandes choisies, les tours varieront. Nous pouvons commander jusqu'à trois personnages en même temps, bien que nous puissions les changer durant le combat, l'une des nouveautés principales de cet opus. L'histoire est linéaire, environ 40 heures de jeu, bien qu’ils existent de nombreuses quêtes annexes et mini-jeux qui font que le jeu peut aller au-delà de 100 heures. C'est le premier Final Fantasy qui possède des voix, bien qu'en Europe ils soient en anglais. Cependant, tous les textes ont été traduits en français. Comme dans tous les Final Fantasy, nous avons des mini-jeux. Dans ce cas nous avons le "blitzball". Nous pouvons participer à des ligues et à des championnats, en gagnant des objets et une habileté pour nos personnages, surtout pour Wakka.

Les déplacements sur la World Map :

La carte du monde est vue de haut, vous ne pouvez pas vous déplacez comme les anciens Final Fantasy. Quand vous aurez le vaisseau vous devrez simplement appuyez sur une touche et vous atterrirez dans l’endroit sélectionné. Le directeur de la carte du monde Takayoshi Nakazato a expliqué que dans Final Fantasy X, il voulait mettre en application un concept plus réaliste que dans les Final Fantasy précédents, en offrant des environnements 3D.

Graphisme :

Beaucoup ont parlé de la transformation réalisée par ceux de Square au marché européen, la transformation qui a provoqué une polémique entre les joueurs du vieux Continent, est la suppression du sélecteur 60hz. Il est certain que nous profitons de la version PAL qui ne dispose pas de la version 60hz mais on apprécie quand même le graphisme au lieu d’avoir le 60 hz on nous à mis deux barres noires, mais il ne faut pas non plus sortir des conclusions disproportionnées. Principalement parce que Final Fantasy à 50 hz et sans Overscan, cela continue d'être le plus grand spectacle visuel qui peut actuellement être admiré dans la Playstation 2, en surpassant même des bijoux du calibre de Métal Gear Solid 2 ou Grand Turismo 3. Les transitions entre les scènes du jeu normal aux séquences des combats sont parfaitement réalisées à la différence des jeux précédents de la série. Du ingame au cinématique, tout est bien géré. En parlant des cinématiques, celles-ci sont franchement hallucinantes. Certaines, même, sont arrivées à les comparer avec le film sous-estimé de Square, Final Fantasy : Les créatures de l'esprit. Dans ce sens quelques éléments interactifs présents dans l’ingame contribuent à donner une plus grande sensation de réalisme. Cela veut dire que l'on peut interagir avec quelques objets situés dans l’écran. Par exemple, durant le combat contre le premier Boss, nous trouvons une grue située juste à son bord, nous pourrons utiliser la machine pour en finir avec notre ennemi. L'intérêt de Square de convertir son œuvre à un aspect plus cinématographique est plus qu'évident. Pour cela il a utilisé plus d’effets d'un film de Hollywood que d'un jeu vidéo, comme les mouvements de la caméra avec zoom. Nous avons des premiers plans des protagonistes, comme des zooms sur leur visage. Quelque chose d’incroyable grâce à l'hardware puissant de la Playstation 2 et, bien sûr, au génie des créateurs de Final Fantasy X. Mais tout n’est pas aussi bien gérer. Parfois le déplacement de la caméra est plutôt brusque, bien que dans d'autres occasions il soit extrêmement doux. La coordination entre la bouche des personnages et les voix n'est pas si bonne comme on pourrait désirer, peut-être provoqué parce que les animations faciales ont été réalisées en tenant en compte des dialogues en japonais. Dans tous les cas, les visages des protagonistes de ce jeu sont très expressifs, capables de communiquer les émotions des plus variées comme la peur, la douleur ou la joie. Comme tout bon Final Fantasy, les invocations sont présentes. Chaque fois que l’invocation (Eon pour FFX) apparaissait durant les autres Final Fantasy leur apparition était bien brève. Maintenant, l’Eon interagie avec l’invoqueur (Yuna). Les attaques de certains Eons présents dans le jeu, entre lesquels nous trouvons des vieux connus comme Ifrit ou Shiva, sont très spectaculaires, mais en vue du très grand travail des graphismes de Square dans la représentation des magies, d'attaques spéciales, etc… Quelques détails qui pourraient se considérer totalement secondaires, comme la forme de la balle de Bliztball, ne sont pas trop épurés. Et la sphère dans lequel Tidus et les siens jouent les rencontres n'est pas parfaitement ronde. Mais bon, on peut penser qu’au Bliztball, ils ne jouent pas avec une balle exactement ronde. C’est peut être pour ça que le stade et la balle ne sont pas vraiment ronds. C’est un simple petit détail. Si nous avions à comparer la qualité visuelle de ce Final Fantasy à un jeu, le nom de Shenmue apparaît automatiquement. Le niveau graphique est très similaire dans les deux titres, bien que 60 hz de la version PAL du jeu de Yu Suzuki est présente. Dans tout cas, les deux titres rivalisent en qualité. Si, de plus nous pourrons savoir le nombre d’animations, de ce Final Fantasy X, il est peut être considéré comme le meilleur jeu de la PS2 question graphisme.

La musique :

Final Fantasy X possède une bande son de luxe, bien qu'en majeure partie elle soit inédite, dans les partitions des chansons nous trouvons des clins d'oeil aux titres précédents de la saga. On a aussi respecté quelques musiques de la saga, comme la mélodie que l’on peut entendre après avoir fini une bataille à notre faveur. Bien que ce soit la même que celle des autres épisodes de la série, elle a été légèrement modifiée en ajoutant un nouvel air.

Doublage :

Final Fantasy X est le premier jeu de la série dans lequel les personnages ont été doublés par de vrais acteurs. Après avoir appris les intentions de Square de doter des voix aux personnages de l'univers, nous n'avons pas pu éviter de nous sentir un peu méfiants, mais après avoir admiré le résultat nos doutes ont disparu. Le reste des effets, comme les coups, le fait d'entrechoquer les armes, les grognements, etc.. sont aussi parfaitement réalisés. Les voix malheureusement sont en Anglais ce qui est bien dommage parce que les voix Françaises aussi sont très bien adaptées. (Comme Kingdom Hearts). Les textes sont parfaitement traduits, il ne faut pas avoir de connaissance pour la langue Anglaise pour comprendre les aventures de Tidus et compagnie.

Résumé "PlayStation 2" :

Le monde enchanteur de Spira vit sous la menace constante de Sin, une entité maléfique qui dévaste tout sur son passage et n'inspire qu'éffroi aux populations sans défense. Incarnez Tidus, jeune star de Blitzball, et Yuna, talentueuse Invokeur, dans leur pèlerinage aux quatres coins de Spira. Leur quête a pour unique but de débarasser le monde de son pire ennemi... Mais sont-ils prêts à en payer le prix?

Galerie Final Fantasy X

artworks_281029.jpg
artworks_281329.jpg
Ekyu.jpg
Elementaire_Or.jpg
art_characters_28829.jpg
concept_281929.jpg
capture_E3TRAILER_284929.jpg
capture_286629.jpg
map_spira_28129.jpg
capture_2812129.jpg

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir